Anti PMA, le dogme antisocial
play_arrow
19/01/2020

Anti PMA, le dogme antisocial

Des hordes de traditionalistes se seront de nouveau regroupées dimanche 19 janvier 2020 à Paris, tout comme le 6 octobre dernier.

 

Temps d'écoute : 26'34''

 

*****

 

Des milliers de personnes qui s’opposent à la PMA et à la GPA. Réaction d’un ordre patriarcal et religieux à un projet de loi offrant la possibilité d’une Procréation médicalement assistée à toutes et tous. Si la loi bioéthique est en soi un progrès qui prend en compte les réalités sociologiques de l’évolution du projet d’enfant tant du point de vue médical que sentimental et bien qu’il fasse perdurer une transphobie d’état en discriminant les hommes trans qui sont à ce jour volontairement exclu du texte par déni de leur réalité physiologique, les moralistes en appellent à la préservation des papas et du patriarcat et redoutent en fait la fin de cette domination séculaire.

Mardi 21 janvier 2020 le projet de loi arrive devant le Sénat et les bien-pensant·e·s de l’ordre familial naturel qui seront descendu·e·s dans la rue, celleux-là mêmes qui rejettent l’avortement et l’homosexualité, sont des opposant·e·s à la liberté de corps, de coeur et d’esprit. Prêts et prêtes à tous les ostracismes pour faire perdurer un modèle de société oppressif.

Nous entendrons encore très forts vociférer celleux qui ne devraient pourtant n’avoir que faire de la liberté d’autrui à désirer sa propre vie. Donc nous allons donner la parole à l’opposition des opposants dans un premier temps.

C’est le 6 octobre dernier lors d’un précédent rassemblement antifasciste et proPMA qui réunissait symboliquement une cinquantaine de personnes à Paris en opposition à la MARCHE pour TOUS que nous avons rencontré Alex. L’entretien que nous avions eu alors est toujours d’actualité et nous permet de faire entendre la voix de celleux qui luttent contre les réactionnaires qui auront eu bien assez la parole dans les médias main-stream ce dimanche 19 janvier.


Dans un deuxième temps, nous allons vous faire entendre des propos qui montrent à quel point la justice sociale ne fait pas bon ménage avec l’ordre divin.
Il y a un an lors d’un reportage où nous suivions les Whitch bloc lors d’une Riposte contre la Marche pour la vie, nous avons voulu comprendre ce qui anime les anti-avortement et anti-PMA. Nous nous sommes infiltrés avec notre micro au coeur de cette Marche gardée par des cerbères. Au micro, deux personnes caricatures de réactionnaires pourrions-nous dire. Il suffira de quelques questions bien posées pour très vite déstabiliser l’argumentation contre l’avortement et étonnement faire éclore une argumentation proGPA. Quand les réactionnaires se prennent les pieds dans la tapis cela donne des arguments pour celleux qui voudront s’amuser à mettre à jour les incohérences d’une pensée moribonde.

Porter un enfant, concevoir un projet parental est un droit et une liberté individuelle quelque soit son identité de genre et sa sexualité. Et si les gamètes mâles et femelles sont des conditions sine qua non à la vie, elles ne sauront jamais désigner leur producteurices comme père ou mère mais seulement comme géniteurices. Elles ne contiennent en rien le lien d’amour par nature. La pensée réactionnaire le croit et veut imposer son dogme à la société niant de fait les histoires et liens d’amour déjà existants qui réfutent toutes les croyances à ce sujet et s’affranchissent d’une quelconque norme. Les traditionnalistes font porter un grand risque aux libertés et à la justice sociale, ils avancent contre la société par la discrimination.


 

*****

Une interview le 6 octobre.

 


 

*****

 

Cette loi n'est pas parfaite et montre qu'il existe une transphobie d'État.