Véganisme, guacamole et ultra-transformation
play_arrow
08/03/2020

Véganisme, guacamole et ultra-transformation

Temps d'écoute : 10'16''

Bonjour à tous et à toutes, et merci d'être à l'écoute de cette nouvelle chronique sur NONBI Radio ! Je vais parler aujourd'hui de... malhonnêteté intellectuelle, encore ! Cette chronique fait en quelque sorte suite à la précédente - la numéro 9 donc - qui traitait d'un procédé fallacieux consistant à réduire le véganisme aux questions d'ordre nutritionnel. Cette fois, je vais détailler un phénomène - assez répandu lui aussi - qui consiste à assimiler le véganisme avec la consommation de produits alimentaires décriés - parce qu'ils seraient mauvais pour la santé ou l'environnement - et tenter de montrer en quoi la démarche est confusionniste. Vous pouvez retrouver toutes les sources et études scientifiques mentionnées ici dans la version textuelle de la chronique, sur le site de Nonbi-Radio.

1 - Définitions et remise en contexte

Comme toujours, on va commencer par définir les termes. J'adresse mes excuses aux personnes qui connaissent déjà bien cette définition que j'énonce régulièrement, mais comme disait Talleyrand : "Si cela va sans le dire, cela ira encore mieux en le disant !" Le véganisme est un mode de vie cherchant à éviter, autant que possible, tout produit, activité ou service issu des autres animaux ou de leur exploitation. En toute logique, cela implique de ne pas manger le corps ou les sécrétions des autres animaux (donc, leur chair, leurs œufs, leur lait maternel, etc.) et de ne pas cautionner ou pratiquer des activités nuisant à ces derniers (chasse, pêche, corrida, etc.). Maintenant que cette base est posée, examinons de plus près ce dont il est question ici. Divers médias proposent régulièrement des articles traitant du véganisme sous un angle bien particulier, qui consiste à s'interroger sur les "alternatives à la viande", en se demandant si ces dernières sont vraiment des produits bons pour l'environnement ou la santé humaine.  

C'est une critique du véganisme qu'on entend aussi très régulièrement sur les plateaux de télévision, et qu'on lit au moins tout autant sur les réseaux sociaux. Elle prend parfois la forme de remarques telles que, je cite : "les véganes disent qu'ils sont écolos mais ça ne les gêne pas de manger des avocats qui viennent de l'autre bout du monde, là !" Examinons tout cela de plus près.

 

2 - Avocats, quinoa, soja, noix de cajou et Cie

Une catégorie de produits est régulièrement utilisée pour discréditer le véganisme et, plus largement, l'engagement en faveur des intérêts des autres animaux : les produits qui "viennent de loin". Ceux qui ne sont pas "locaux", ou ne correspondent pas à l'idée que les gens se font du "manger local" (ce qu'on appelle aujourd'hui le "locavorisme"). Par exemple : avocats, quinoa, soja et dérivés tels que le tofu, noix de cajou, huile de coco et compagnie.

Première chose : on peut noter que l'information est parfois, tout simplement, erronée. La confusion est encore fréquente avec le soja, par exemple. Beaucoup de personnes sont convaincues que le soja est une plante qui ne pousse qu'en Asie, au Brésil ou dans d'autres pays très éloignés de la France métropolitaine. On observe souvent des accusations consistant à affirmer que les personnes véganes sont responsables de la déforestation en Amazonie, à cause des immenses cultures de soja présentes dans cette région du globe, parce qu'elles se gavent de tofu et de yaourts au soja à longueur de journée.

Mais quand on regarde tout ça de plus près, on se rend compte que, d'une part, l'écrasante majorité de la production mondiale de soja est destinée aux animaux exploités dans les élevages, y compris les animaux exploités en France [1]. Il n'est donc pas pertinent d'accuser ici les personnes qui ne mangent ni ces animaux, ni le produit de leur exploitation.

Et on se rend compte, d'autre part, qu'il existe justement du soja cultivé en France : en 2017, cela représentait environ 140 000 hectares de cultures, principalement situés dans le Sud-Ouest du pays, comme le rappelle par exemple Terres Univia, l'Interprofessionnelle des Huiles et Protéines Végétales [1]. Il existe donc du soja français / métropolitain, et c'est celui qu'on retrouve comme constituant de bien des produits végétaux composés à base de soja qu'on trouve dans divers commerces : jus de soja, tofu, yaourts, crème, etc.

Il en est de même pour le quinoa, aliment devenu en quelque sorte un symbole de l'alimentation "végétalo-bobo-bio-écolo-hypocrite-qui-consomme-des-produits-chers-qui-viennent-de-l'autre-bout-du-monde". Alors que cette pseudo-céréale est souvent vue comme un produit exotique, étant systématiquement importé et ne pouvant être cultivé qu'en Amérique du Sud (dont elle est en effet originaire), il existe également une filière française, le Quinoa d'Anjou [2]. On pourrait croire que cette production est marginale, mais elle représente en fait 2000 tonnes par an, soit environ un tiers du quinoa consommé en France, tout de même. De quoi casser quelques idées reçues.

Enfin, il faut souligner que les données disponibles montrent clairement que, toutes choses égales par ailleurs, les productions végétales les plus émettrices de gaz à effet de serre le sont toujours moins, en moyenne, que les productions animales les plus "vertueuses". En bref, s'il on se préoccupe vraiment de l'environnement et des problématiques liées au réchauffement climatique, il est préférable d'opter pour une alimentation végétale - même issue de l'autre bout du monde - plutôt que pour une alimentation carnée, même locale.
Ce principe est bien documenté, notamment par une large méta-analyse publiée dans la revue Science en 2018 [3]. Ces données ont fait l'objet d'une présentation visuelle dans un article d'Hannah Ritchie en janvier de cette année, dont le titre est très clair : "Vous souhaitez réduire l'empreinte carbone de vos aliments ? Concentrez-vous sur ce que vous mangez, pas sur le fait que votre nourriture soit locale" [4].

Les filières de l'élevage ont parfois tendance à nier ces données pour défendre leurs intérêts, bien sûr, notamment en appuyant l'idée qu'il existe des variations en fonction des exploitations agricoles. Mais les données scientifiques montrent que le principe exprimé par les données reste valable même en tenant compte des variabilités régionales. J'ai pu lire aussi que ces données ne concerneraient que les États-Unis. Cette objection est révélatrice que la méta-analyse n'a pas du tout été consultée, puisque les données qu'elle expose sont issues de 38 700 exploitations agricoles réparties sur 119 pays.

 



 

3 - Ultra-transformations & ultra-confusions

Autre catégorie de produits régulièrement utilisée pour remettre en cause le bien-fondé du véganisme : les produits dits "industriels", "transformés" ou "ultra-transformés". Vous souvenez-vous de la tribune bourrée de sophismes intitulée "Pourquoi les végans ont tout faux", commise par Paul Ariès, Frédéric Denhez et Jocelyne Porcher, et publiée dans les colonnes du journal Libération en mars 2018 [5] ? Elle tombait très exactement dans cet écueil (parmi beaucoup d'autres). Une phrase tirée de ce torchon - n'ayons pas peur des mots - illustre particulièrement bien le phénomène, je cite : "manger végan, l’absolu des régimes «sans», c’est se condamner à ingurgiter beaucoup de produits transformés, c’est-à-dire des assemblages de molécules pour mimer ce qu’on a supprimé". Fin de citation.

Tout d'abord, petite parenthèse : on peut souligner l'utilisation de l'expression "assemblages de molécules", assez clairement destinée à faire peur en évoquant "la chimie", dans le sens négatif trop souvent collé au terme, c'est-à-dire à la supposée artificialité des aliments prétendument ingérés par les personnes véganes... Comme s'il s'agissait d'une chose intrinsèquement mauvaise. Mais si l'on rejetait TOUT assemblage de molécules, alors on rejetterait l'eau, la terre, les vaches, la vitamine C, les patates... Et Jocelyne Porcher elle-même ! Eh oui, car les humains sont aussi des "assemblages de molécules". Ensuite : l'affirmation est tout aussi péremptoire que fausse. Être végane ne condamne pas à manger "beaucoup de produits transformés". On retrouve souvent ce mécanisme consistant à se focaliser sur les produits transformés labellisés "Végétarien" ou "Végane" comme seules alternatives à la consommation de produits carnés, et à ne pas indiquer qu'une alimentation végétale est, avant tout, composée de céréales, de légumineuses, de fruits, de légumes et autres noix et graines. Et qu'elle peut exclure totalement les steaks de soja, saucisses de tofu, fromages végétaux et autres "simili-carnés".

Il faut aussi déterminer ce qu'on entend par "produits transformés" ou "ultra-transformés", car la chose peut ne pas être très claire, ou ne rien dire de pertinent sur l'aliment en question. Il existe une classification, la "Classification NOVA pour la transformation des aliments" [6], proposée par une équipe de professeur·e·s travaillant à l'Université de São Paulo en 2009. Elle propose 4 niveaux de  transformation :
1- Aliments peu ou non transformés ;
2- Ingrédients culinaires transformés ;
3- Aliments transformés ;
4- Aliments ultra-transformés.
Cette catégorisation est toutefois incomplète et insuffisante en elle-même pour établir l'intérêt nutritionnel d'un aliment : elle ne prend pas en compte la valeur nutritionnelle des ingrédients qui composent les aliments, mais seulement le degré de transformation de ces derniers.

D'autres classifications sont proposées, comme l'indice SIGA [7], par exemple, qui va plus loin en évaluant les aliments selon un degré de transformation, une évaluation de risque et des seuils nutritionnels.

Mais le fait qu'un aliment soit transformé ne dit rien de sa teneur en vitamines, en fibres, en acides aminés essentiels. Cela ne dit rien des quantités de sucre, de gras ou de sel qu'on y trouve. D'un point de vue nutritionnel, condamner ou rejeter un aliment sur ce seul critère est donc plutôt douteux. Dans la liste des aliments transformés, on retrouve le pain, l'huile d'olive et les bocaux de ratatouille mis en conserve par votre mamie ou votre papy, par exemple. Des aliments qui peuvent être considérés comme pouvant intégrer une alimentation saine sans trop de difficulté, indépendamment de leur statut de produit transformé, donc.

 


4 - Pourquoi ces deux objections ne sont pas pertinentes


Passons maintenant aux raisons qui me font dire que ces deux objections, les produits non locaux et les produits transformés sont fallacieuses :

► Première raison : le véganisme n'est pas un régime alimentaire. Je vous renvoie à la définition énoncée au début de cette chronique, et à ma chronique précédente, intitulée "La nutrition, ce chiffon rouge". Je ne vais pas développer davantage ici, mais réduire le véganisme à l'alimentation est un procédé aussi courant que fallacieux : il s'agit de bien autre chose.
► Deuxième raison : en quoi est-il pertinent de comparer un morceau de vache, c'est-à-dire un produit brut, avec un simili-carné végétal ultra-transformé ? Avec un peu d'honnêteté intellectuelle et de rigueur, on  pourrait comparer ce qui est comparable, comme par exemple, des nuggets d'oiseau avec des nuggets de blé ; c'est-à-dire comparer un produit dit ultra-transformé avec un autre produit dit ultra-transformé.

► Troisième raison : tout le monde ou presque consomme ce genre de produits, y compris les personnes qui condamnent cette consommation de la part des véganes. Café, cacao, bananes, noix de coco en poudre, tout y passe, de même que les nuggets, les lasagnes surgelées, les pâtes à tartiner au chocolat, le jambon sous vide et les crèmes dessert. Pointer spécifiquement les personnes véganes est tout simplement malhonnête ; et ça l'est encore davantage quand on le fait tout en défendant la consommation d'alcool et de tabac au nom de la liberté, par exemple.

► Quatrième raison : pourquoi diable penser qu'être végane implique forcément de consommer ces produits ? Qu'il s'agisse du soja, du quinoa ou d'autres produits jugés néfastes pour l'environnement, tels que les avocats, les noix de cajou ou l'huile de coco ; ou de produits jugés néfastes à la santé, aucun n'est indispensable à une alimentation végétale équilibrée. Laisser penser qu'il est indispensable de consommer ces produits quand on est végane, ce serait comme prétendre qu'il est indispensable de manger de la cervelle de singe, du foie gras ou du lait de chamelle quand on a une alimentation omnivore. Ca n'a tout simplement pas de sens.
► Cinquième raison : les produits transformés ou ultra-transformés destinés à "remplacer la viande", entre guillemets, ne sont pas destinés aux personnes véganes. Ca peut paraître étonnant, mais ces produits visent un marché bien particulier, celui des personnes réduisant leur consommation de produits d'origine animale, c'est-à-dire les personnes flexitariennes. Encore une fois, pointer du doigt le véganisme ou les véganes par le biais de ces produits n'as pas de sens.

 

5 - La pépite

Comme dans chaque chronique, nous arrivons maintenant à la « pépite ». Ce mois-ci, j'aimerais vous parler du blog The Critical Vegan, qui est aussi une toute jeune chaîne Youtube. L'auteur y propose du contenu traitant de questions d'éthique animale, notamment via une vulgarisation de la pensée de philosophes antispécistes ; mais il aborde aussi des sujets plus "techniques", liées à certaines problématiques dont il est question dans cette chronique, notamment l'impact environnemental de l'exploitation des autres animaux pour les intérêts humains. Le tout, avec une grande rigueur scientifique et beaucoup d'honnêteté intellectuelle. Ça vaut le coup d'œil.

 

6 - Conclusion + citation de fin

Voilà, c'est la fin de cette 10e chronique !  Merci à tous et à toutes d'avoir pris le temps de m'écouter. Je terminerai avec cette citation du scientifique, astronome et militant sceptique Carl Sagan : "La science est une chandelle dans l’obscurité. Malheureusement pour nous, la bougie est petite et le vent de l’inculture souffle fort." Rendez-vous le mois prochain pour une nouvelle chronique. Et d'ici là, prenez soin de vous et des autres !

---------------------------------------------

Sources & informations complémentaires - [1] Rapport Oléagineux et plantes riches en protéines, Terres Univia (interprofessionnelle des huiles et protéines végétales), 2017: http://www.terresunivia.fr/sites/default/files/chiffres%20cl%C3%A9s/TerresUnivia-chiffresCles-2017-protected.pdf

- [2] Quinoa d'Anjou : https://quinoadanjou.fr/

- [3] Poore, J., & Nemecek, T. (2018). Reducing food’s environmental impacts through producers and consumers. Science, 360(6392), 987-992. https://science.sciencemag.org/content/360/6392/987

- [4] Hannah Ritchie, "You want to reduce the carbon footprint of your food? Focus on what you eat, not whether your food is local", 24.01.2020 : https://ourworldindata.org/food-choice-vs-eating-local
- [5] Je propose une critique de cette tribune ici : https://questionsanimalistes.com/2018/03/19/veganisme-pourquoi-paul-aries-frederic-denhez-et-jocelyne-porcher-ont-tout-faux/
- [6] Classification NOVA pour la transformation des aliments : https://fr.wikipedia.org/wiki/NOVA_(nutrition)

- [7] Indice SIGA : https://siga.care/

Exemples d'articles de presse traitant des substituts à la chair animale :
- Produits vegan, mais pas sans reproche https://www.60millions-mag.com/2017/12/26/produits-vegan-mais-pas-sans-reproche-11509
- De moins en moins de viande dans l'assiette des Belges: que valent vraiment les alternatives végétariennes ? https://www.rtl.be/info/belgique/societe/steak-vegetal-1198107.aspx
- Le steak végétal, une alternative à la viande pas toujours si saine : https://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/steak-vegetal-viande-35299

La Pépite -

The Critical Vegan, le blog : https://criticalvegan.com/

The Critical Vegan, la chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCOSiZmujFVvUPiykGeRzNOA/