569

569

Rédigé le 31/03/2020
Néo ...


 

Iels sont 569 mort·e·s dans la rue en 2019 en France. Si le collectif "Les Morts de la Rue" n'avait pas rendu un hommage virtuel le 31 mars 2020 sur les réseaux, nous n'en aurions peut-être jamais rien su.

La moyenne d'âge des personnes décédées cette année aura été de 50 ans. Ces personnes sont un homme ou une femme. Un parcours, une vie qui bât à côté d'un monde qui va, à toute allure et les laisse de côté.

Quand l'espérance de vie moyenne en France est de 80 ans, elle chute et tombe comme un couperet d'injustice sociale et d'inégalité se réduisant à 49 ans pour les personnes qui vivent la rue. C'est une épée de Damoclès. Pensons alors ce qu'il en est avec le covid19 qui rôde.

 

Le collectif "Les Morts de la Rue" se donne pour objectif :

  1. Faire savoir que beaucoup de personnes qui vivent ou ont vécu à la rue en meurent.
  2. Mettre en œuvre et développer les moyens et actions nécessaires :
    • pour la recherche, la réflexion et la dénonciation des causes souvent violentes des morts de la rue ;
    • pour des funérailles dignes de la personne humaine ;
    • pour l’accompagnement des personnes en deuil, sans distinction sociale, raciale, politique ni religieuse.

Ces objectifs permettent de comprendre que la rue tue dans ce qu'elle repésente de violence sanitaire et sociale quand on y est, et dans ce qu'elle aura inscrit de stygmates physiques ou psychiques même une fois sorti·e de cette réalité. Que si personne demain ne se penche sociologiquement et solidairement sur cette réalité, l'inconnu et le désintérêt seront les agents du statu-quo, mortel. Que ces personnes étaient des destins que la société n'aura jamais regardé et que la mort jette souvent dans l'oubli, sans mémoire ni acte mémoriel. Que ces mort·e·s laissent derrières elleux des ami·e·s, des connaissances ou des familles de toutes conditions qui doivent aussi être accompagné·e·s dans un deuil nié ou rejeté.

 

Le collectif réunit des personnes engagées, indignées, touchées par cette réalité insupportable. Iels auront lu, le 31 mars 2020, les noms et prénoms de celleux  pour qui la rue fut un domicile et un mourroir. Les vidéos de ces lectures sont accessibles sur la chaîne YOUTUBE du collectif.

Nous diffusons ci-dessous la première video enregistrée par Géraldine Franck Présidente du collectif. En écoutant ces mots, il est probable que vous compreniez ce qui sera une obsession.

Quand les morts sont prévisibles c'est qu'elles sont évitables.

Que ferons-nous contre ?

 

Néo.